SAINT-JEAN digitalise son atelier avec un logiciel MES

Sujet(s) :
Traçabilité/qualité,  Anticipation,  Produis élaborés,  VIF MES PERFORMANCE
Temps de lecture :
5 min
Sommaire

SAINT-JEAN a organisé la digitalisation de son atelier en deux étapes. Au coeur du dispositif le logiciel MES…mais l’outil informatique ne fait pas tout…retour sur un projet mené tambour battant.

Une digitalisation de l’atelier en 2 étapes

Installé en région Auvergne-Rhône-Alpes, l’ambassadeur de la pâte fraîche français, SAINT-JEAN, réalise 74 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’entreprise a organisé la digitalisation de son atelier en deux étapes. 

“Il faut y voir l’opportunité d’optimiser son organisation.”
précise le Directeur de production Wilhelm RONDEAU.

Tout le monde est embarqué : managers et services maintenance, production, qualité, ordonnancement. Et pour susciter l’intérêt de tous rien ne vaut la mise en avant des bénéfices propres à chacun. 

“Pour rester compétitif, dans le contexte changeant que nous connaissons, digitaliser son atelier est une nécessité. Embarquer ses salariés, donner du sens, de l’appétence, à un projet d’informatisation est la clé d’une transformation digitale réussie.”
confie Djemel LAANTRI, Ingénieur Production.

Le logiciel MES au centre du projet

Le challenge consiste aussi à bien accompagner le changement. L’industriel rhônalpin parle d’inspirer confiance en accompagnant les opérateurs.

 “Le logiciel MES ne fait pas tout.” précise Wilhelm RONDEAU.

Première idée : permettre aux opérateurs de visualiser ce qui va arriver pour potentiellement gommer leurs inquiétudes. Les experts sont mis en arrière plan, ce sont les opérateurs, entraînés à présenter le projet simplement et à contrer les phases grains de sable, qui forment d’autres opérateurs.

Deuxième idée, un principe de bac à sable est mis en place pour autoriser des essais multiples sans remettre en cause les compétences, il est permis de se tromper. 

Autres bonnes pratiques, informer les opérateurs à chaque strate, même si celles-ci ne les concernent pas et communiquer sur les apports et gains : en termes de confort, de performance, de fluidité de fonctionnement. 

Si les jalons de l’échéance sont fixés, le Go de lancement est flexible pour s’adapter aux embûches de l’apprentissage et garder une soupape de sécurité, afin d’être prêt quand tout le monde est rôdé à l’équipement. “Nous avons choisi de ne pas configurer la base test mais de rester dans la vraie vie. Ofs du jour, pannes réelles…L’opérateur se rend mieux compte et se projette plus facilement…. C’est un accélérateur d’acceptation du projet dans son ensemble.” souligne Wilhelm RONDEAU.

Suivi flux de matières et performance : les résultats

Le suivi des matières sur le périmètre pâtes et ravioles avec des gains flagrants et presque immédiats : visualisation instantanée du stock, zéro papier, traçabilité optimisée

Sur la partie ravioles, production phare du groupe, l’accent est mis sur le suivi de la performance grâce au logiciel VIF MES PERFORMANCE.

Les bénéfices constatés sont une meilleure accessibilité des données, des indicateurs visibles en temps réel, de réelles possibilités collaboratives, la suppression des ressaisies.

Sur 6 mois cela signifie du temps gagné (deux équivalents temps plein) et mieux investi dans l’analyse, la technique, le préventif et la qualité. Le taux de panne est mieux piloté, la productivité accrue. L’opérateur est fier de piloter sa ligne, le tout, dans une ambiance sereine.