SAVEOL : meilleure productivité avec la Suite SCP

Numéro 1 sur le marché de la tomate en France SAVEOL a choisi les solutions logicielles VIF pour répondre à des enjeux d’équilibrage matière, avec une problématique à la fois de prévisions de vente et de prévisions de récoltes, dans un contexte de produits ultra frais.

Sujet(s) :
Anticipation,  Fruits et Légumes,  PME,  VIF PLANIFICATION,  Communiqué
Temps de lecture :
6 min

La Supply Chain SAVEOL au coeur d’un processus d’équilibrage 

SAVEOL est contraint par un flux poussé de production issue des serres et un flux tiré de demande issue des clients. “Nous sommes en permanence dans un jeu d’équilibriste car nous traitons des produits à durée de vie très courte. Les deux flux doivent s’équilibrer pour satisfaire nos clients tout en assurant un débouché optimum de nos produits en termes de prix.” précise Steven Kerignard, Directeur Supply Chain.

La coopérative bretonne se trouve aussi confrontée aux limites d’Excel dans un contexte multi-produits, multi-producteurs, avec une gestion de la saisonnalité et de la complexité de l’ensemble des flux, en amont et vers ses clients. “Nous livrons les GMS, des grossistes, la restauration, l’export et nous comptons en amont 120 producteurs avec des produits différents. SAVEOL devait donc se doter d’un outil capable de gérer cette complexité en facilitant l’acquisition de données et en lui permettant de mieux anticiper.

Anticiper est, pour SAVEOL, primordial. Pour pouvoir réagir et activer les bons leviers auprès de sa force commerciale.

En ayant fait le choix de déployer la Suite SCP composée de VIF PREVISION DES VENTES et VIF PLANIFICATION SAVEOL répond parfaitement à ces enjeux.

La solution retenue : la Suite Supply Chain Planning

Trois processus sont supportés par la Suite SCP : le premier concerne l’amont et vise à prévoir les apports producteurs. Le second sert à projeter les ventes. Enfin le troisième processus réconcilie les deux premiers et permet de piloter l’équilibre flux poussé/flux tiré.

Côté prévisions d’apport, il s’agit de prévoir les productions par variétés ou filière. D’abord issues de rendements théoriques, ces prévisions sont actualisées 2 à 3 fois dans la semaine par les producteurs qui déclarent via un portail intranet leur production de la semaine prochaine. Ces informations sont consolidées à la filière dans VIF PREVISION DES VENTES pour estimer le tonnage prévisionnel jour par jour. “En prévision des apports, nous collectons l’information donnée par les producteurs qui sont évidemment au plus près des cultures et donc connaissent les rendements. Le rôle du prévisionniste est donc de consolider ces prévisions et de les suivre en termes de performance pour garantir l’amélioration continue” souligne Steven Kerignard.

Sur l’autre flux, la demande client, c’est un nouveau processus d’organisation qui a été mis en place. En effet, le projet a commencé par la création du poste de prévisionniste des ventes. “Nous avons construit ce poste autour de trois objectifs. Le premier est l’anticipation, l’anticipation des ventes évidemment mais aussi des événements exceptionnels. Le prévisionniste doit aussi informer sur l’évolution des ventes, notamment le planificateur. Enfin, le prévisionniste suit et analyse les opérations commerciales et la trajectoire des innovations.” Les prévisions sont travaillées au couple code produit fini conditionné/ enseigne pour permettre de traiter plus finement les changements de référencement, les lancements.

Le coeur de ces processus d’anticipation, c’est la partie planification / équilibrage.
“Nous réconcilions les prévisions de ventes et d’apports sur un horizon court terme grâce à la planification.
Le planificateur joue sur 2 paramètres : les quantités à conditionnées et les quantités à vendre. Nous pouvons être amenés à faire de la rétention et mettre moins de quantités disponibles à la vente ou au contraire, forcer les prévisions de ventes à la hausse pour écouler un stock. Le planificateur est un gestionnaire de stock et donc un lanceur d’alerte”.

Résultat ? Une performance opérationnelle visible sur les lignes de conditionnement en station 

Grâce à ce projet, SAVEOL répond à un l’enjeu de sécurisation des processus amont en se donnant davantage de visibilité. C’est aussi une organisation qui en ressort plus robuste en mettant le service prévision / planification / ordonnancement au centre des flux.

Enfin, l’impact sur la performance opérationnelle est lui aussi visible, notamment sur les lignes de conditionnement en station. En se donnant plus de visibilité, nous construisons un planning de conditionnement plus ferme et cela permet une meilleure organisation sur ligne, une meilleure productivité. Globalement, cette structuration des processus d’anticipation doit nous rendre plus sereins et plus performants. Ce sont les gains que nous allons chercher “ conclut Steven Kerignard.