L’usine connectée : le témoignage de Timcod

Sujet(s) :
AGROVIF,  Enjeux IAA,  Industrie 4.0
Temps de lecture :
6 min
Sommaire

Quelles sont les tendances d’usage, quelles technologies vous permettront de répondre aux défis de demain ?

L’industrie 4.0 est- elle un mythe ? Et l’usine connectée, c’est quoi exactement ?

De nombreux points de rencontre ont permis de découvrir certaines de ces évolutions ainsi que les réflexions et travaux que VIF a engagés dans ce sens avec ses partenaires.

Mobilité

Les populations reconnues pour leur mobilité, comme les commerciaux, reconnaissent les bienfaits d’une application de CRM (Gestion de la relation client) adaptée à l’activité d’une entreprise du secteur de l’agro-alimentaire.

Les fonctionnalités de cette CRM leur permettent de saisir les informations recueillies à l’occasion des rendez-vous avec leur client, de connaître la situation de ses règlements, de lui faire bénéficier des dernières actions commerciales …

Aujourd’hui, les dirigeants souhaitent pouvoir disposer des tableaux de bord opérationnels de leur entreprise lorsqu’ils sont en déplacement professionnel ou dans leur cadre privé, et réagir en communiquant leurs consignes éventuelles.

Les services qualité voient tout l’intérêt de solutions qui, sur le terrain, leur permettent de bloquer ou débloquer une production, de saisir les résultats de certains contrôles …

Les services logistiques également approuvent les outils de préparation mobile des commandes : scanner les informations des produits expédiés pour assurer une traçabilité extrêmement fiable et réduire fortement les délais.

Usine connectée

Rendre actifs les équipements pour un meilleur suivi de la performance industrielle, contrôler en temps réel pour fiabiliser les productions, créer des interactions entre les robots et les opérateurs et faire en sorte que chacun trouve sa place dans l’organisation, sont les enjeux auxquels nous pourrons probablement répondre demain grâce aux nouvelles technologies.

Les projections de mise en oeuvre sont multiples, parmi lesquelles la capacité à capter les informations à la source, de les échanger entre systèmes, et de les analyser instantanément.

Ces informations permettront des prises de décisions avec une intercommunication entre les acteurs sur les lignes de production en temps réel. Certaines données permettront de mettre en oeuvre des démarches d’analyse prédictive sur les machines outils et ainsi d’optimiser les opérations de maintenance, d’éviter les pannes voire même d’anticiper l’acheminement de pièces de rechanges.

Grâce à certaines informations remontées à partir de capteurs, les industriels pourront gérer immédiatement l’optimisation de leurs unités de production et la performance de la production en identifiant les goulots d’étranglement, les mauvaises performances de certaines machines ainsi que les temps d’arrêt.

Certaines machines seront dotées d’une intelligence qui permettra de déclencher par elles-mêmes des actions selon les informations qu’elles auront recueillies.

AGROVIF a mis en avant des solutions qui existent déjà dans certains secteurs très sensibles tels que le suivi d’œuvres d’art ou de pierres précieuses. Une puce permet de suivre l’objet où qu’il se trouve et d’analyser ses conditions de transport grâce à des réseaux bas débits émergeants. Une transposition dans l’industrie agroalimentaire, serait de pouvoir suivre un roll et sa marchandise, et d’obtenir à la fréquence choisie des données telles que la température, l’hydrométrie, la présence de gaz ou encore de détecter une éventuelle violation du contenant : vous êtes tenus informés sans avoir à le demander.

Connecter un maximum d’équipements est très attendu de la part des industriels, c’est ainsi que Frédéric Martin de Timcod témoigne.

Bruno DENIS