L’animation clé de voûte du TRS

Sujet(s) :
Enjeux IAA,  Industrie 4.0,  MES
Temps de lecture :
4 min

C’est un fait pour beaucoup d’industriels.

« Le TRS sans l’animation des équipes, ça ne peut pas fonctionner ! »
Philippe GUILLON, responsable de production SILL

Mais comment faire vivre de manière efficace l’animation au quotidien ?

L’idée principale réside dans le fait de placer les opérateurs et leurs chefs d’équipe au coeur de la performance.

Pour ce faire, rien de mieux que de profiter des nombreuses occasions offertes par le rythme des journées de production. En effet, la réunion du matin, les tours d’atelier ainsi que les passages de consignes sont autant de prétextes pour encourager la communication et animer le progrès de façon continue directement sur le terrain. Ces rituels d’animation permettent ainsi d’identifier les points épineux, qui feront ensuite l’objet de plans d’actions concrets.

Tout le monde en sort gagnant. Les opérateurs montent en responsabilité et en autonomie. Les chefs d’équipe, de leur côté, perdent moins de temps à la collecte et à la mise en forme des données. Ils peuvent ainsi plus se consacrer au management et donc, à l’animation. Les informations collectées sont fiables et efficacement diffusées. Les équipes de production, de maintenance et d’ordonnancement parlent le même langage, partagent les mêmes indicateurs, se fédèrent autour d’un projet commun : la poursuite de l’amélioration continue.

A noter que la performance des lignes de production ne peut se résumer qu’au pilotage du TRS. Les contrôles qualité et le suivi de la productivité sont aussi de potentielles sources de performance à animer au jour le jour.

thierry-charrier-vif

Thierry CHARRIER

Chef de produit - Suite MES