5 tips pour positiver sa transformation digitale par Olivier Bas

Sujet(s) :
AGROVIF
Temps de lecture :
5 min
Sommaire

Comment se positionne l’humain dans un projet de digitalisation de la performance ? Olivier BAS, Vice-Président d’HAVAS PARIS et enseignant à la Sorbonne aide les entreprises de toutes tailles à mieux vivre leur révolution digitale. Son intervention lors de la 11ème édition d’AGROVIF a réveillé notre enthousiasme  et stimulé notre engagement à créer de la valeur. Voici comment en 5 points.

1. Pratiquer la décontraction digitale

Comme un clin d’oeil à la déconnexion digitale, Olivier BAS nous incite à prendre du recul par rapport à notre utilisation des nouvelles technologies. Diminuer nos connexions par jour, pour, au final, réussir à mieux se connecter.

2. Echapper à la course effrénée du digital

Le digital nous donne une illusion de vitesse. Or, cela nous fait courir le risque de perdre l’envie qui nous anime et, de ce fait, la capacité à identifier ce qui crée réellement de la valeur. Nous devons créer un lien immuable entre plaisir et valeur en étant conscients que, ce que nous faisons est utile parce que cela a, justement, du sens.

3. Changer son rapport au temps

Notre besoin d’agilité nous fait passer d’une chose à l’autre en mode zapping.

Pour éviter la perte d’énergie inutile, trouvons la bonne dynamique : arrêtons nous  pour réfléchir, regroupons nos tâches par nature, organisons notre temps de travail, une chose après l’autre, en respectant nos propres rythmes.

4. Valoriser le collaboratif

Le co-quelquechose est dans l’ère du temps. Dépassons l’effet de mode pour vraiment valoriser le collectif. Nous vivons une complexité ambiante : nouvelles technologies, volatilité des consommateurs. Pour traiter les problèmes complexes, une seule expertise ne suffit plus : associons différents métiers et expertises, apprenons (ou réapprenons) à travailler ensemble !

5. Repenser son rapport à l’autre

Nous utilisons tous, tous les jours, un  formidable outil relation : le mail.

Cependant, celui-ci ne se substitue pas à la discussion, à l’ échange. Partageons ! Et utilisons le mail au juste nécessaire sans oublier d’y mettre les formes.