Comment LA BELLE-ILOISE anticipe ses réappros ?

Sujet(s) :
Anticipation,  Produits de la mer,  PME,  VIF PREVISION
Temps de lecture :
3 min

Pour mieux anticiper ses réapprovisionnements, La Conserverie LA BELLE-ILOISE  a choisi le logiciel de prévisions édité par VIF pour définir une prévision sur la base de 3 ans d’historique de vente par canal de distribution, à horizon 19 à 28 mois et à la maille semaine.

Des matières premières non disponibles toute l’année

La Conserverie LA BELLE-ILOISE, entreprise familiale aujourd’hui dirigée par la 3ème génération, exerce deux métiers complémentaires.
Elle est à la fois fabricant et distributeur de ses conserves de poissons haut de gamme.

Si la clé de voûte de sa stratégie de développement se base sur la vente directe, par le biais de ses 82 magasins, de son site e.commerce et de la vente par correspondance, elle vend également ses produits à des revendeurs B2B en France et à l’étranger.

Les campagnes de pêche imposent un flux poussé de fabrications qui doivent couvrir les besoins commerciaux estimés jusqu’aux prochaines campagnes de l’année suivante.

Avec des DDM (date de durabilité minimale) de 3 à 6 ans, la gestion complexe des flux tendus n’est pas une problématique.

La tâche du prévisionniste n’est pas simple pour autant. Chaque année l’entreprise ouvre de nouvelles boutiques ou effectue des travaux, lance de nouveaux produits, édite des séries limitées à dispatcher au plus juste. Le « hors vente » : vitrines, produits offerts, dégustations quotidiennes est aussi un critère à prendre en compte.

Tout confondu, le prévisionniste doit traiter 5,2 millions de données.

Pour mieux anticiper ses réapprovisionnements, la direction décide en 2012 de lancer un projet d’amélioration de la Supply Chain et se dote d’un nouveau logiciel qui élabore une prévision sur la base de 3 ans d’historique de vente par canal de distribution, à horizon 19 à 28 mois et à la maille semaine.

Le projet dure 12 mois dont 7 mois de mise en place et nécessite le travail d’un prévisionniste à temps plein et d’un binôme formé sur le logiciel.

Pour la Conserverie LA BELLE-ILOISE, cinq facteurs ont favorisé la réussite de ce projet : définir des arborescences, prendre le temps nécessaire à la correction des historiques, être accompagné par VIF pour le premier prévisionnel, commencer par quelques articles et tester les modèles statistiques.