Comment mesurer, au bon endroit, la qualité et la performance de votre ligne de production ?

Sujet(s) :
Industrie 4.0,  MES
Temps de lecture :
6 min
Sommaire

Gagner en capacité de ligne et en flexibilité est le rêve de tout industriel… Pour améliorer la performance tout en maintenant un haut niveau de qualité, la mesure est indispensable et vous verrez que parfois, les effets de bord peuvent s’avérer économiquement très intéressants….

Mesurer au bon endroit sur la ligne de production.
Oui, mais mesurer quoi me direz-vous ? 

Les arrêts des équipements d’une ligne de production, un Taux de Rendement Synthétique (TRS), des valeurs de critères qualité au titre des auto-contrôles réalisés en cours de fabrication, la productivité sur les lignes, ou encore tout autre indicateur issu de capteurs qui pourrait vous aider à comprendre et optimiser la performance de votre activité industrielle.

L’enjeu majeur est de rendre visible ces mesures.

Pourquoi mesurer ? 

Mesurer va vous permettre de vous situer. De suivre l’évolution d’un paramètre dans le temps, de l’analyser sur une période donnée, de le corréler à d’autres valeurs connexes et d’agir pour vous améliorer.

Exemple : contextualiser la valeur de poids d’un biscuit avec le taux d’humidité détecté via un capteur installé sur la ligne.

Il peut aussi y avoir des effets de bord.

Pour l’un de nos clients, cette mesure a mis en évidence un potentiel non identifié au départ. En mesurant le poids de sa matière par échantillonnage sur la ligne, il a constaté un problème de calibrage et a pu renégocier les prix avec son fournisseur.

Ce qui a induit un gain très significatif en euros…

Il est intéressant de pouvoir paramétrer la mesure, comme le permet notre logiciel MES.
Dans ce logiciel MES, la mesure, selon sa typologie (qu’elle soit réglementaire ou non), est associée soit à un article ou à un environnement.
Elle peut être restituée, enrichie, historisée, croisée avec d’autres mesures provenant de plusieurs systèmes différents : logiciels, équipements, IOT, automates et servir la BI (Business Intelligence).

Attention ! Agréger plusieurs sources pour créer une mesure contextualisée, ne veut pas dire capter à tout va de la donnée.

Certains de nos clients, l’ont fait, pour suivre l’état de leurs équipements et ont très vite fait machine arrière en étant dans l’incapacité à traiter cette masse données. Même si il est possible de collecter de la data pour alimenter un data lake et s’en servir plus tard, posez-vous toujours la question : combien cela va vous coûter par rapport à l’enjeu ?

Mesurer au bon endroit, c’est-à-dire où ?

L’information doit toujours servir à quelque chose.

Tout équipement peut être connectable via un capteur ou un iot. Mais existe-il un intérêt à ce qu’il le soit ?

Ne vous laissez pas influencer par votre environnement industriel, ne raisonnez pas mesure sans avoir un objectif clair. Identifiez une problématique, mesurez et mettez en place des actions d’amélioration. Ayez une approche pragmatique par palier.

L’idéal pour mesurer la performance, mesurer un TRS, par exemple, est de cibler l’équipement goulot contextuel à la ligne.

Autre risque de dérive, se noyer dans le détail…
Un logiciel MES connecté à un équipement goulot de la ligne va capter beaucoup de données qu’il faudra analyser.
Par exemple, le code défaut équipement va remonter automatiquement les arrêts détectés, ce qui est intéressant pour limiter la ressaisie mais peut vite s’avérer contre productif car difficile à analyser compte tenu du trop grand nombre de codes défauts possibles sur un équipement.

Pour répondre à cela, notre logiciel MES gère une table de correspondance pour massifier ces remontées de l’équipement faisant correspondre les défauts de l’équipement à un seul motif d’arrêt dans VIF MES PERFORMANCE et rendant ainsi l’analyse des données possible et pertinente.

Mesurer la qualité par ailleurs, c’est enregistrer les mesures attendues par un plan de contrôle appliqué à différents endroits de la ligne : les points de surveillance.  On peut la mesurer, dans le logiciel MES  via une saisie des valeurs par les équipes terrain, via une remontée capteur ou IIoT, via une connexion équipement (balance, trieuse pondérale). L’idée est d’être en capacité de “montrer” le niveau qualité des fabrications en cours de façon à pouvoir, en cas de dérive, identifier très rapidement les quantités en jeu et d’éviter que la “non-qualité” continue à traverser le flux.

En résumé, votre mesure doit être au service d’un objectif de performance de votre activité industrielle pour avoir une raison d’être.
Cette mesure seule ou croisée avec d’autres indicateurs de production apportera de la valeur à votre processus directement ou indirectement. Régulièrement, il vous faudra donc challenger la pertinence des mesures effectuées au regard de l’évolution de vos objectifs.

fabrice-luneau-vif-4

Fabrice Luneau

Product Owner Delegate VIF

J'aime faire émerger les talents, les compétences et les mettre en synergie. Mon credo : faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.