Choc énergétique. Leviers d’économie et stratégie d’achat de l’énergie

Sujet(s) :
Supply Chain,  ERP,  MES
Temps de lecture :
5 min
Sommaire

Face aux fluctuations et à l’instabilité des marchés du gaz et de l’électricité dont l’extrême volatilité réduit la visibilité, les entreprises doivent apprendre à gérer le risque et adopter une autre stratégie sur la question des énergies.
Nous vous proposons d’explorer ensemble quelques pistes. Article écrit en collaboration avec Collectif Energie.

Les industries rattrapées par la réalité tarifaire

La multiplication par 6 ou 8 du prix de l’énergie concerne tout le monde. Elle impacte toutes les industries, à commencer par les secteurs les plus énergivores, avec dans le top 3, l’industrie chimique, la métallurgie et le secteur agroalimentaire*.

A l’heure des ajustements tarifaires et des renouvellements de contrats arrivés à échéance, il est urgent de trouver des leviers d’action et renforcer les mesures mises en œuvre par les pouvoirs publics afin de préserver la viabilité et solvabilité des TPE, PME et groupes industriels de notre territoire.

Parmi ces mesures d’aide susceptibles d’atténuer en partie cette explosion des prix :

la limitation de la hausse des prix du gaz et de l’électricité, l’augmentation du plafond de l‘Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique (ARENH) permettant aux consommateurs professionnels français d’acheter une partie de leurs besoins à un prix réglementé, la baisse de la Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE) ou encore le plan de résilience.

Cela ne suffira pas. Pour limiter l’impact de cette crise énergétique sans précédent, il faudra être résilient et actif sur tous les fronts. Continuer à traquer toutes les sources de gaspillage et trouver de nouveaux leviers d’économie…

Trouver de nouveaux leviers d’économie

Optimiser ses processus industriels

Il faut réussir, dans la gestion des équipes, des process et de la production, à faire mieux avec moins : moins d’énergie, moins de ressources, moins de personnel car des difficultés à recruter.

Faire avec le minimum tout en restant compétitif et innovant.

Pour cela, éviter les dégagements, traquer les pertes, surveiller les lignes en temps réel et surtout mieux guider le travail des opérateurs pour faire bon du premier coup. Le coût de la non qualité est devenu inacceptable.

Produire bon du premier coup passe par la maîtrise des process : être en capacité de détecter au plus tôt les anomalies, simplifier et fiabiliser les contrôles qualité, s’améliorer en continu. Un outil de supervision des lignes de production, comme un logiciel MES, complémentaire à un ERP permet cela.

“Pour produire conforme de suite, le plus efficace est d’être sûr, avant même de lancer un OF, de ses paramètres et de son environnement. En s’appuyant sur une check-list de démarrage l’opérateur a toutes les instructions nécessaires. Il a l’information au bon endroit, au bon moment.” précise Thierry Charrier, Chef de produit chez VIF.

Revoir sa stratégie pour atteindre ses objectifs au plus juste

Dans ce contexte particulièrement contraint, l’enjeu reste d’équilibrer l’offre et la demande, de prendre les bonnes décisions pour satisfaire les clients et les marchés tout en limitant les stocks, évitant les dégagements et en étant productif.

Avec la hausse des coûts énergétiques, certains produits, clients, activités ne sont sans doute plus rentables mais il existe aussi, certainement, des gisements capacitaires et des produits peu énergivores, insuffisamment mis en avant commercialement.

Seule une approche avec des outils de simulation globale permet d’y répondre en reliant ambitions commerciales, faisabilité industrielle et rentabilité économique.

La clé est dans les processus, l’organisation et les outils d’anticipation de type prévision des ventes, planification, logiciel S&OP (logiciel PIC) : tout doit pouvoir y être simulé en quelques clics : référencement ou dé référencement de produits ou de clients, process industriels alternatifs, disponibilité matière, disponibilité MO, impact d’un appel d’offre ou d’une promotion, etc….

Modéliser la consommation de ses machines par produit

Modéliser la consommation d’énergie en fonction des produits fabriqués permet de simuler et de construire les plans d’action : orienter la demande sur les produits moins énergivores, investir sur telle ligne et pas sur telle autre, affiner les prix de revient pour maîtriser sa marge.

C’est la finalité de la fonctionnalité activités énergétiques de notre logiciel ERP.

Optimiser l’achat de l’énergie

Les chiffres sont édifiants : + 240 euros MWh entre mai 2021 et mai 2022.

La logique habituelle des industriels en matière d’achat d’énergie est désormais incompatible avec un marché aussi instable.
Les méthodologies d’achat doivent être revues.

95% de votre budget de fourniture est réparti en deux grandes catégories de volume de consommation : les heures de pointe “peakload” et les consommations en continu “baseload” auxquelles sont appliquées deux tarifs différents.

Il faut retenir que ce n’est pas le volume de consommation qui fait votre prix mais votre profil de consommation. C’est en connaissant votre profil de consommation que vous pouvez activer certains leviers en partenariat avec des entreprises comme l’acteur nantais Collectif Energie.

  1. Un levier technique : vous pouvez bénéficier d’exonération de taxes et optimiser le prix de l’acheminement de l’énergie.
  2. Un levier commercial : via un système de courtage, il est possible de limiter l’impact c’est-à-dire obtenir une augmentation x2 et non pas x10, en adhérant à un groupe d’achat avec d’autres sociétés qui ont le même profil de consommation.
  3. Un levier contextuel : exploiter la volatilité, en achetant au plus bas, plutôt que de la subir de manière arbitraire. Une stratégie d’achat en plusieurs fois, au bon moment, prend aujourd’hui le pas sur la négociation d’hier.

Nous remercions Collectif Energie pour sa contribution à la rédaction de cet article.

 

*Source Insee