Blockchain et traçabilité, quelle est la place de l’ERP dans tout ça ?

La stratégie de TERRES DU SUD

Sujet(s) :
AGROVIF,  Enjeux IAA,  ERP
Temps de lecture :
4 min
Sommaire

“Les consommateurs ont besoin de sécurité alimentaire” amorce Fabrice MAUMY, Directeur de la transformation digitale et du SI du groupe TERRES DU SUD. Voici comment le numérique peut aider à plus de transparence alimentaire via une stratégie blockchain.

Traçabilité alimentaire et traçabilité de l’information

TERRES DU SUD est un acteur majeur du Sud-Ouest qui rayonne sur 3 départements : Lot-et-Garonne, Dordogne et Gironde.

Son point fort ?

Une organisation en 5 branches agricoles et 1 branche distribution pour traiter l’ensemble de la filière, de l’amont à l’aval.

Le groupe coopératif trouve plusieurs intérêts à la technologie de la blockchain : la traçabilité, la transparence alimentaire proposées aux consommateurs, la possibilité de valoriser le travail de ses agriculteurs, le moyen de répondre aux exigences de la grande distribution. Le 2ème producteur français de volailles bio y voit également un élément de différenciation, un moyen de se démarquer de la concurrence.

« En interne … les gens de la qualité ont maintenant une vision complète des lots de production, ce qu’ils n’avaient pas avant … et vis-à-vis des distributeurs .. nous sommes capables de leur fournir de la blockchain.”

Fabrice MAUMY, Directeur de la transformation digitale et du SI Groupe TERRES DU SUD

L’ERP au coeur du système blockchain

Il choisit de lancer le projet pour 2 références : le magret de canard sans OGM et le magret IGP du Périgord. Ce projet rassemble les acteurs de la qualité, le service méthode et le marketing.

1ère étape : la réalisation d’un POC (Proof Of Concept) qui amène Terres du Sud à se rapprocher d’une start-up ayant une vraie approche sectorielle : Connecting Food.

Leur solution éprouvée, orientée filière va servir d’accélérateur. La valeur ajoutée du projet d’un point de vue interne et vis-à-vis des clients distributeurs est confirmée. TERRES DU SUD entame alors une nouvelle phase : l’industrialisation du lancement public, finalement repoussé au mois de mai du fait du contexte de pandémie.

Le rôle tenu par les SI est le suivant : les systèmes d’information existants, notamment notre ERP pour la partie transformation, conditionnement et expédition, vont permettre la collecte automatique des données issues des 11 flux.

Les produits sont audités digitalement et les données, enregistrées via la blockchain, sont restituées à l’écosystème.

Au final, le consommateur peut flasher le QR code apposé sur l’étiquette de son produit avec son smartphone afin d’avoir accès, via une simple application web à des informations précises :  commune d’élevage, conditionnement, voire même, en complément des recettes.

Après 1 mois de recul post-confinement,  TERRES DU SUD a identifié la zone géographique de flashage principale et le temps passé sur l’application. Autre effet positif : cela a contribué à renforcer leur processus interne de traçabilité.

La suite ? Toutes les branches du groupe sont éligibles et le groupe veut généraliser cette transparence alimentaire.  “La blockchain fait bouger les lignes en facilitant, par exemple, les contrôles de label qualité”. précise Fabrice MAUMY.

 

Propos recueillis lors d’AGROVIF ONLINE juin 2020
#AGROVIF13