Comment REGILAIT intègre la gestion de la qualité avec un logiciel MES ?

Sujet(s) :
Défis,  Traçabilité/qualité,  Lait,  Groupe,  VIF MES PERFORMANCE
Temps de lecture :
4 min

REGILAIT, leader mondial des laits en poudre granulés et spécialiste français des laits concentrés sucrés et non sucrés, revient sur la gestion de la qualité intégrée au logiciel MES, dans le cadre de sa démarche d’amélioration continue et de maîtrise sans faille des fabrications. Un usage moins connu pour ce système d’information très souvent associé au seul suivi de fabrication en temps réel.

Rencontre avec Joël PARIS BORDENEUVE, Responsable Contrôle Qualité chez REGILAIT.

Comment définissez-vous l’objectif qualité de REGILAIT ?

JPB : Nous devons garantir une sécurité alimentaire sans faille à nos consommateurs. Cela passe par l’absence de danger (physique, chimique, microbiologique, allergène), le respect des aspects règlementaires (en termes de marquage, de poids), la qualité des produits aux caractéristiques fonctionnelles, organoleptiques, physico-chimiques conformes aux spécifications définies. Ces aspects, dont nous parlons, concernent tant le produit que son emballage (praticité, résistance, étanchéité…).

La qualité a un impact indéniable sur notre performance et le TRS (Taux de rendement synthétique).
Repérer rapidement les causes de non-qualité et avoir accès à des données fiables nous fait gagner en efficacité.

Quelle méthode HACCP pour le contrôle et l’amélioration de la qualité en fabrication avez-vous mis en place ?

JPB : REGILAIT a mis en place une méthode HACCP consolidée et maîtrisée avec une équipe dédiée : plus de 10 personnes issues de différents services : qualité, production, maintenance, logistique, R&D collaborent étroitement.

Nous avons collégialement construit et défini les différents moyens de maîtrise de la sécurité alimentaire de tous nos ateliers, sur nos lignes de fabrication et de conditionnement. Nos processus sont décrits de façon détaillée, nous ajoutons ensuite les notions de risques et de dangers associés à ces lignes de conditionnement et de fabrication.

Dans la hiérarchisation des contrôles, les CCP non conformes interdisent le fonctionnement ou l’utilisation d’une installation.
Un PRPO non conforme va nécessiter la remise en conformité très rapide de l’installation pour pouvoir poursuivre son fonctionnement sans impacter la qualité du produit.

Lorsque que nous réalisons le développement d’un nouveau produit sur une ligne existante, nous réalisons un HACCP partiel. Le service R&D effectue une présentation du projet d’étude. Il peut être question de modifier l’installation existante et dans ce cas, nous sommes amenés à revoir la cartographie de la maîtrise des dangers. Dans le cas contraire, nous  appliquons les CCP ou PRPo existants.

En partant de 0, la construction d’une nouvelle ligne, par exemple, le choix de solutions techniques et des équipements se fait dès le début de l’étude.

Notre équipe HACCP anticipe en effet les éventuels moyens de maîtrise des dangers à mettre en application.

Comment utilisez-vous la solution MES pour suivre ces contrôles qualité ?

JPB : Ces contrôles de la qualité, nous les avons intégrés au logiciel MES Performance.

Cela permet aux opérateurs d’avoir un suivi précis et rigoureux, en temps réel, des contrôles à faire. Les informations délivrées par l’outil sont immédiatement accessibles de manière automatique.

Le logiciel MES Performance permet d’avoir une très bonne traçabilité des enregistrements de ces contrôles. Nous sommes plus réactifs par rapport à notre ancien système papier.

Autre avantage, aujourd’hui, nous pouvons exploiter plus facilement les données qui ressortent de nombreux contrôles CCP et PRPO effectués tous les jours, toute l’année, de manière pérenne. Nous réalisons une revue HACCP par ligne et par atelier, une fois par an. Nous nous posons toujours la question de la pertinence et de l’efficacité de nos moyens de maîtrise, pouvoir ressortir l’ensemble des contrôles qui ont été réalisés est un vrai plus.

A chaque audit (interne ou externe) les auditeurs interviennent dans le cadre de leur périmètre, ils vérifient sur le terrain la bonne connaissance, le bon niveau de maîtrise de l’opérateur dans ses contrôles (CCP, PRPO) et vérifient par échantillonnage les mesures qui ont été enregistrées.

L’exercice de traçabilité délivré est complet.

Que retenez-vous du passage au zéro papier pour le suivi de la qualité ?

Le passage du papier à l’informatique s’est déroulé sans accroc, l’accompagnement proposé par VIF, la bonne préparation du projet par les équipes et la bonne préhension de cet outil MES, à la hauteur pour sa facilité d’utilisation, son ergonomie, ont favorisé cette transition en douceur.