En quoi un logiciel MES facilite-t-il une démarche d’amélioration continue ? 

Sujet(s) :
Enjeux IAA,  Industrie 4.0,  MES
Temps de lecture :
5 min
Sommaire

Dans cet article, découvrez la plus value que peut apporter un logiciel MES à une démarche d’amélioration continue.
Le combo gagnant : un bon outil et une animation qui perdure dans le temps.

Investir dans une nouvelle ligne pour mieux performer, vous êtes sûr ?

Lignes de production saturées, incapacité à répondre à 100% aux besoins de production, demande volatile des clients qui impose des changements fréquents sur les lignes…ces cas de figure vous parlent ? Quelle solution pouvez-vous envisager ?

Investir dans une nouvelle ligne ? Changer les 2X8 de vos équipes en 3X8 ? Ou encore faire tourner vos lignes le week-end ?

Ces alternatives impliquent des coûts importants avec une incertitude sur leurs ROI.

Il existe pourtant un choix moins coûteux et finalement plus simple : partir de l’existant et tirer le meilleur parti de ses ressources, Hommes, outils et machines.

Et comme le dit l’adage, il est possible d’améliorer ce que l’on mesure.

L’objectif ? Gagner en agilité et en flexibilité.

 

Logiciel MES : réussir son investissement à coup sûr !

Comment suivez-vous votre performance ?

Aujourd’hui, vous naviguez à vue, à partir de retours terrains (approximatifs) ou d’indicateurs (relatifs).

ou

Vous vous basez sur des faits avérés révélant des dysfonctionnements sur lesquels vous pouvez travailler. Ce sont les prémices de l’amélioration continue.

Un premier niveau de suivi de la performance est mis en place : adhérence planning, qualité, productivité équipements, cadence équipements, etc. (périmètre à définir en fonction) avec des outils simples comme le bâtonnage ou le tracking des événements.

Le relevé de ces données, souvent liées au ressenti des opérateurs, est manuel. Reportées sur Excel, à J+1 dans le meilleur des cas, ces informations seront exploitées via des tableaux ou sous une forme graphique. Mais force est de constater qu’un suivi de la performance sur papier est un premier pas intéressant mais perfectible.

En effet, le bâtonnage est imprécis et subjectif (1 bâton = 5 mn d’arrêt), la réalisation des auto-contrôles au bon moment reste aléatoire, l’opérateur subit une charge mentale importante car il doit penser à faire ses auto-contrôles en temps et en heure. Les ressaisies sont nombreuses pour obtenir des indicateurs au mieux à J+1, une lourdeur en cas d’audit du fait de la multitude de papier à produire.

Ce qui peut changer la donne, c’est l’automatisation des données en temps réel.

Car une fois automatisée, la donnée, point d’orgue de l’amélioration continue, devient intègre et non interprétable.

Sachez cependant que le logiciel MES n’a pas le monopole de la donnée en temps réel. Notre ERP métier, par exemple, permet de faire du temps réel et d’exploiter les données captées.

Mais revenons à cette notion de performance et à l’apport que peut avoir un logiciel MES.

Automatiser la mesure de la performance avec un logiciel MES

Vous pouvez identifier de manière objective tous les arrêts, du micro-arrêt à l’arrêt plus long. C’est donc la fin de la subjectivité et de l’approximation liée au bâtonnage.

Vous avez la possibilité de guider les opérateurs pour enregistrer les mesures, motiver les arrêts. Vous pouvez même automatiser la motivation des arrêts en lien avec l’équipement connecté.

Enfin, ce sont des indicateurs en temps réel (avance retard, TRS, productivité, cadence …) disponibles pour l’opérateur qui vont naturellement entraîner une amélioration de la performance.

Les opérateurs vont naturellement s’auto-challenger en ayant accès à ces indicateurs. C’est un constat que nous faisons souvent après un déploiement, une fois le logiciel installé, le TRS progresse, avant même d’avoir engagé une politique d’amélioration continue.

C’est aussi la fin annoncée du papier dans l’atelier. Et une simplification de vos audits à venir !

Prometteur, non ?

Pilotage, animation, analyse avec un logiciel MES

Un manager de proximité va consacrer, en général, 90% de son temps de travail à l’amélioration continue. C’est lui qui va initier la méthodologie, être le garant des bonnes pratiques, veiller au bon état d’esprit des équipes, insuffler l’énergie nécessaire à la poursuite des efforts…pour qu’ils restent alignés sur les objectifs globaux de l’entreprise.

En quoi un logiciel MES va-t-il faciliter une démarche d’amélioration continue ?

Le manager va savoir si les objectifs sont atteints ou non en termes d’adhérence, de qualité, de sécurité, etc, en suivant les indicateurs accessibles via sa solution MES.

Les tableaux de bord et bilans personnalisables prêts à l’emploi, disponibles via notre logiciel par exemple, seront pour lui d’excellents supports d’animations.

Raisonnez en Quick win…

Bien sûr, votre logiciel MES va vous permettre de réaliser une analyse Pareto, vous allez repérer vos têtes ou pointes de Pareto, c’est-à-dire ce qui vous impacte le plus.

Mais finalement, c’est ce qui vous impacte moins, comme un événement isolé, avec une prise de risque zéro en cas d’échec, qui est plus intéressant à travailler car il est déjà possible d’obtenir des gains sur un premier niveau jusqu’à s’attaquer à un projet de plus grande envergure, avec la méthodologie adéquate pour arriver à une situation parfaite où vous pourrez lier les deux.

Gagner quelques points de TRS sur un taux de qualité ou adhérence planning reste facile.

Le plus compliqué est de pérenniser ses gains pour les standardiser dans le temps. Les équipes sont enthousiastes au départ, motivées par l’auto challenge et la prise en main du nouvel outil….Et cette dynamique doit être conservée le plus longtemps possible !

C’est au manager de proximité ou au responsable de zone de créer les conditions favorables pour que les individus et l’équipe puissent accomplir leur progrès et grandissent ensemble autour de 5 éléments :

  1. une vision claire de l’objectif à atteindre,
  2. une reconnaissance de l’énergie déployée,
  3. un cadre défini,
  4. une transmission aux équipes,
  5. la crédibilité de la démarche.

Chaque projet est un challenge mais pas une finalité, la fin d’un projet ouvre un second projet, puis un troisième…vers la performance industrielle et l’excellence opérationnelle :

  • je planifie mon action d’amélioration,
  • je standardise,
  • je lance une nouvelle amélioration.